Pour cet article nous allons examiner un périphérique connus de tous, des gamers jusqu’aux professionnels : La souris, cet élément principal dans l’interaction entre l’homme et la machine que connait très bien la marque Razer, qui depuis des années nous propose d’excellentes souris. Et encore aujourd’hui Razer nous surprend, en colorant la souris en… Blanc. Sera t-elle du même niveau que la Steelseries Rival 700 ou de la très bonne ThermalTake Level 20 ?

Contenu du packaging

Les couleurs représentent la couleur principale de cette Basilisk Mercury Edition : Du blanc recouvre toutes les faces de la boite. Le logo « Powered by Razer Chroma » est affiché en bas à droite pour indiquer que cet appareil est compatible avec le système RGB de la marque, par ailleurs il y a 2 zones d’éclairage (la roulette et le logo Razer) et il sera possible de le synchronisé avec les autres équipements de la marque. Les cotés du coffret restent classique : Juste le nom de la souris. Sur le derrière est affichée les caractéristiques de la souris comme la personnalisation de la résistance de la roulette, du capteur optique 5G ainsi que la personnalisation du bouton latéral.

La souris est très bien maintenue à l’intérieur du coffret, il y aura donc aucun moyen de la recevoir abîmée ou non attachée. Il y est inclus 2 stickers représentant le logo de la marque, le manuel utilisateur ainsi qu’un bouton supplémentaire et un cache pour le bouton personnalisable de la Basilisk.

Design de la Basilisk

Le design reprend la forme habituelle d’une souris mais qui arrive ici dans un blanc mat d’une extrême qualité, apposé sur un plastique assez fin mais qui semble solide. Pas de craquement ni de flexion possible. Sur les cotés nous avons des pads qui empêche la main de bouger, mais ça colle tellement bien que la poussière reste bien dessus et reste difficile à enlever.

Un bouton supplémentaire viens s’ajouter en plus des 2 boutons classiques « Suivant » et « Précédent ». Il permet tout simplement de changer temporairement la sensibilité « pour des rotations ultra-rapides et atteindre une précision de visée hors-pair ». C’est sur ce bouton que Razer permet une personnalisation; de taille; 2 boutons type sont disponible (grand ou petit) et si jamais on veut jouer sans ce bouton qui permet de changer la sensibilité, Razer nous offre un cache qui permet de visuellement cacher le trou.

L’impression du logo est extrêmement bien réussite, rien ne bave, tout est lisse lorsque que le logo est illuminé avec la LED RGB. De très bonne finition et rien ne viens gâcher cette sensation de solidité (nous le rappelons mais il y a pas de craquement lorsque de l’utilisation, pas de torsion possible, sensation qui ne fais pas cheap, etc).

Caractéristiques

  • Molette avec résistance personnalisable
  • Boutons d’embrayage DPI amovibles de 2 longueurs différentes
  • Powered by Razer Chroma
  • Fonction Ultrapolling 1 000 Hz
  • Capteur optique Razer 5G avec un vrai 16 000 DPI
  • Poids approximatif : 107 g
  • Accélération : jusqu’à 1 143 cm par seconde / 50 g
  • Compatible avec la Xbox One pour les commandes de base
  • Garanties 2 ans

Razer Synapse 3 est prit en charge par la souris et permet la personnalisation totale de la souris (boutons, rétro-éclairage, couleur de la led, etc).

Logiciel Razer Synapse

Le logiciel qui est disponible ici permet de gérer à 100% tout les réglages de ce périphérique.

Ont remarquera qu’immédiatement le logiciel à reconnu la souris et en prime avec la bonne couleur (édition Mercury ici).

Le premier onglet permet le réglages de chaque bouton et changer de profil. Si vous voulez changer l’utilité du bouton latéral (qui permet de changer le DPI dans un court laps de temps et ainsi être plus précis pour viser) vous pouvez, et ainsi s’en servir comme simple bouton.

Sur l’onglet suivant « Performances » vous pouvez activer ou non des niveaux de sensibilité (et de changer les valeurs pour chaque niveau). La fréquence de « polling » est le taux de rafraîchissement de la souris. Elle peut aussi être changé (par défaut 500) et peut monter jusqu’à 1000 Hz et permet de transmettre 2 fois plus rapidement la position de la souris par rapport à une fréquence de 500 Hz :

  • 500 Hz : une transmission toutes les 2 ms ;
  • 1000 Hz : une transmission à chaque ms.

L’avant dernier onglet « Éclairage » est assez simple de réglage. L’intensité peut être réglée précisément (0 à 100% par crans de 1%), le choix de désactiver ou d’activer le rétro-éclairage RGB quand l’écran s’éteint ou quand il n’y pas plus d’activité et pour ce cas de choisir en minute le moment d’éteindre le RGB après la dernière activité.

Il y a ensuite quelque effets lumineux que propose le logiciel :

  • Rainbow
  • Respiration
  • Cycle de couleur
  • Etc

Et ont peut sélectionner d’appliquer cet effet à d’autre appareil compatible Chroma.

Enfin pour finir le menu « Calibrage » est étonnant, Razer propose de rentrer des informations sur votre tapis de souris et permet donc de calibrer le capteur de la souris en fonction du tapis. Si vous avez un tapis de la marque Razer pas de soucis, tout est déjà dans le programme et il suffira de le sélectionner parmi une grande liste de leur tapis. Si vous avez un autre tapis, il suffira de suivre un petit tutoriel qui permet en bougeant la souris de calibrer cette dernière.

Confort d’utilisation

C’est une droitière comme la plupart des souris sur le marché, mais ergonomiquement c’est une réussite, l’accroche est très bonne comme la prise en main. Nous utilisons un tapis Razer Galiathus Extended et la souris navigue dessus, il y a aucune accroche, la Basilisk « surfe » sur son support. Sachant que son gabarit est plutôt contenu (comparé à la grosse SteelSeries Rival 700) avec comme dimension 124 x 75 x 43 mm, elle conviendra à toute les mains, les pads qui sont très adhérents sur les cotés sont doux pour la pomme et les doigts de la main. Et le pouce quand à lui est bien reposé sur le support qui dépasse sur la tranche gauche.

Ensuite ont peut « à la voler » changer la résistance de la molette et c’est très rapide, c’est l’un des grands avantages de cette souris surtout pour un gamer. C’est important de savoir le nombre de crans parcouru ou savoir combien de crans il faut tourner pour sélectionner cette arme. En surfant sur Internet la molette de défilement sans résistance permet au défilement d’être doux et agréable pour les yeux, sans que le texte saute à chaque crans passés.

Étant facile d’utilisation, ce logiciel reste quand même très complet dans la personnalisation de cette souris, on peut rapidement changer tout et n’importe quoi en quelques secondes.

Encore une fois, Razer utilise encore le très bon capteur optique « 5G » qui est quotidiennement confortable tant dans sa précision que dans sa personnalisation. Voici quelques chiffres : vitesses de 11,4 m/s, accélération jusqu’à 50g et une sensibilité qui peut atteindre 16 000 ppp.

Elle ne fera pas partie des plus mince (ni des plus lourdes), mais avec ces 107gr elle pèse un peu, sachant que la tendance actuelle des souris est d’être en dessous des 100gr. Mais avec un aussi bon glissement et une bonne prise en main, son poids se fera largement oublier.

Test Razer Basilisk Mercury Edition : Avis

Avec la Basilisk, Razer nous propose une souris avec une très bon rapport qualité/prix. Nous avons une superbe finition, un excellent capteur optique « 5G » de Pixart, avec des bonnes fonctions même si le bouton latéral pour « débloquer le DPI » va vite changer de fonction via le logiciel, elle dispose également d’une bonne glisse, d’une très bonne maniabilité, d’une bonne accroche et enfin d’un excellent rétro-éclairage.

Test Razer Basilisk Mercury Edition
  • Qualité
    10
    10/10
  • Logiciel
    9
    9/10
  • Rétro-éclairage
    10
    10/10
  • Bouton latéral DPI
    8
    8/10
Note globale
9.3/10
9.3
9.3/10

Razer Basilisk Mercury Edition : avis

Razer nous propose une souris avec une excellente finition, un très bon capteur optique « 5G » de Pixart, avec des bonnes fonctions même si le bouton latéral pour « débloquer le DPI » va vite changer de fonction via le logiciel, elle dispose également d’une bonne glisse et un excellent rétro-éclairage.

On aime

  • Rétro-éclairage multi-zone
  • Capteur/Précision
  • Logiciel
  • Fabrication

On aime moins

  • Bouton latéral pas si utile