Accueil » Test de la SteelSeries Rival 650, une superbe souris gamer sans fil
Gaming High-Tech Périphériques Souris Tests high-tech

Test de la SteelSeries Rival 650, une superbe souris gamer sans fil

Après avoir testé la SteelSeries Rival 600, voici le test de la Rival 650. La souris sans fil haut de gamme de chez SteelSeries va directement la comparer à ma fidèle Rival 500.

Contenu du pack

Quand on ouvre la boite, on trouve tout d’abord une autre boite. Courage on va y arriver. Et dans cette autre boite, on retrouve la souris, bien protégée pour le transport. Elle arrive accompagnée de :

  • Son câble de chargement
  • Son récepteur USB
  • Un prolongateur USB
  • 8 poids de 4 grammes

test_steelseries_rival_650_charlestech_13

Nous reparlerons du prolongateur USB plus tard car ce dernier est à la fois super pratique et totalement inutile. Tout d’abord, parlons de la souris et attardons-nous sur cette Rival 650.

Design

Elle ressemble très fortement à la Rival 600 mais cette fois-ci on se retrouve avec une souris sans fil. Assez longue, elle est aussi plutôt fine, si on la compare à la Rival 500 que j’ai depuis un moment. cette Rival 650 est vraiment belle et c’est une souris adaptée pour tous les types de mains, grandes ou plus petites. Et ça tombe bien, car j’ai d’assez grandes mains.

Promo
SteelSeries Rival 650 - souris de jeu Quantum Wireless - double capteur optique - distance de soulèvement personnalisable
  • Quantum Wireless offre la liberté du sans fil couplée à une performance sans latence
  • Durée de vie de la batterie de plus de 24 heures à pleine charge, ou de 10 heures après un chargement rapide de 15 minutes
  • Capteur optique e-sports exclusif TrueMove3+ de 12 000 CPI et 350 IPS avec suivi 1: 1
  • La distance de soulèvement la plus faible et la plus précise au monde, personnalisable de 0, 5 mm à 2 mm
  • Ajustez à votre guise avec 256 combinaisons de calibrage de centre de gravité au moyen de poids

Comme la souris est sans fil, il y deux boutons situés au dessous de cette dernière. Le premier est pour l’allumer, le second est pour la connecter au récepteur USB fourni. Attention la souris n’est pas Bluetooth, il faut impérativement passer par le dongle USB fourni.

Lire aussi  Thomson Computing, les ordinateurs français qui envahissent le marché

test_steelseries_rival_650_charlestech_8

Connexion

Pour la connecter, rien de plus simple. Il suffit de mettre le petit adaptateur fourni dans un port USB de votre PC, de l’allumer et de cliquer sur le bouton « connect » et le tour est joué. Pour la recharger, il y a un câble de fourni et la recharge doit se faire environ tous les 2 ou 3 jours selon si vous êtes un gros joueur ou pas. Comptez environ une semaine d’autonomie si vous utilisez peu votre souris.

test_steelseries_rival_650_charlestech_10

Le dongle arrive sur ce que SteelSeries appelle un « prolongateur USB ». Au début, je n’ai pas compris son fonctionnement mais c’est en réalité assez simple. Il sert à prolonger la connexion pour le dongle USB, on retrouve à un bout de ce prolongateur, un port micro USB et l’autre, un port USB-A. Mais alors, pourquoi SteelSeries propose ce prolongateur ? Je suis censé avoir une souris sans fil, je ne veux pas brancher un câble en plus justement …

Du coup, je me suis permis de faire la déduction que ce prolongateur serait utilisé dans le cas où vous auriez votre PC un peu loin de vos écrans, et que la connexion ne se ferait pas forcément très bien. Ou autre solution, qu’il serait posé sur votre bureau avec le dongle USB branché d’un côté et le câble de l’autre. Ainsi, quand la souris n’a plus de batterie, il est très simple de la brancher. Ingénieux mais complexe.

Lire aussi  Le Huawei Nova 4 a un trou dans son écran, c'est normal !

test_steelseries_rival_650_charlestech_15

Confort d’utilisation

Attaquons-nous au sujet principal de cette Rival 650, son confort d’utilisation. En gros la principale raison pour laquelle on choisit une souris. Sa minceur ne fait pas le bonheur de toutes les grandes mains mais sait satisfaire tout le monde, c’est déjà ça. Quelques boutons macros programmables sont présents sur le côté gauche, et peuvent être configurés au goût de chacun.

Les patins glissent très bien et pas trop vite. Le confort d’utilisation est optimal mais il faut pour cela ajouter un petit quelque chose. Les poids présents dans la boite s’avèrent rapidement indispensables. C’est en ouvrant la souris sur les côtés en retirant les deux caches que l’on accède aux emplacements pour mettre les 8 poids de 4 grammes chacun.

test_steelseries_rival_650_charlestech_11

Personnellement, j’ai tout mis, je préfère sentir le poids de la souris entre mes mains tant pour jouer que pour travailler. Vous pouvez n’en mettre qu’un, deux, trois, … Autant que vous voulez, et équilibrer plus vers l’avant, arrière, gauche ou droite. La sensibilité du capteur est également réglable via un petit bouton situé derrière la molette. 2 vitesses sont pré-configurées.

Retro-éclairage RGB

La souris est rétro-éclairée sur plusieurs zones. SteelSeries en annonce 8 sur la boite … Je ne sais pas comment la marque définit ses « zones » de rétro-éclairage, mais je n’en compte que 4 à savoir :

  • Le logo
  • La bande sur la gauche
  • La bande sur la droite
  • La molette

test_steelseries_rival_650_charlestech_3

Quoi qu’il en soit, 4 ou 8, c’est plutôt sympa de voir ces zones bien éclairées avec des LEDs de qualité. Tout est toujours paramétrable manuellement via le logiciel SteelSeries Engine, tout comme la sensibilité du capteur.

Lire aussi  MSI s'associe à Ubisoft pour ses futurs ordinateurs

Autonomie

SteelSeries annonce 24 heures d’autonomie pour une recharge complète. Je ne suis pas resté collé devant mon PC pendant 24 heures d’affilée mais j’ai pu tester ça sur plusieurs jours. En chronométrant le temps passé à chaque fois avec la souris allumée, j’ai trouvé un peu plus de 22 heures et 35 minutes avant qu’elle me dise stop.

Le rechargement se fait très rapidement et elle dispose même d’une fonction recharge rapide. En 15 minutes, vous récupérez tout de suite 10 heures d’autonomie !

test_steelseries_rival_650_charlestech_16

Logiciel

Si vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez le fonctionnement de SteelSeries. Si vous venez d’arriver et que vous découvrez, pas de soucis ! Le logiciel pour piloter l’ensemble des produits de la marque s’appelle SteelSeries Engine 3. Il s’installe facilement et gère tous vos périphériques. Je l’ai déjà installé pour ma Rival 500, la 650 est reconnue automatiquement et je peux la configurer. Un point pratique également, SteelSeries Engine indique le niveau de batterie de la souris.

test_steelseriesèrival_650_charlestech_2

test_steelseriesèrival_650_charlestech_1

La configuration est assez simple et le logiciel est très complet. Pour avoir la souris parfaite, cela demande un peu de temps de configuration, mais une fois ceci fait, vous serez prêts pour des soirées jeux premier de la game.

test_steelseries_rival_650_charlestech_12

Test de la SteelSeries Rival 650
  • Confort d'utilisation
  • Glisse de la souris
  • Rétro-éclairage
  • Contenu du pack
  • Autonomie
4.7

Le mot de la fin

Cette SteelSeries Rival 650 est une très bonne souris. Sa taille est adaptée pour toutes les mains, et le fait qu’elle soit sans fil est très appréciable au niveau confort d’utilisation.

A propos de l'auteur

Charles

Geek à mi-temps et boss final de ce site, je suis aussi étudiant en marketing numérique et communication. Passionné d'informatique depuis mon plus jeune âge, mon premier fichier était un document Word d'environ 1600 pages contenant la lettre h. J'ai pas mal évolué depuis.