ClaviersPériphériquesTests high-tech

Test Qpad MK40 : un bon clavier gamer pas sans défauts

5 minutes de lecture

Si je vous parle de QPad, vous pensez peut-être au casque QPad QH-91 que nous avions testé précédemment. Cette fois-ci, c’est à un clavier de passer au banc des tests, avec pour particularité, un prix très attractif pour tout ce qu’il propose. En effet, le QPad MK-40 est un clavier gamer méca-membrane de chez QPad. Ce dernier propose donc des switchs hybride s, permettant d’avoir un feeling correct tout en conservant un coût de fabrication assez modéré. Preuve en est, ce clavier ne coûte qu’une cinquantaine d’euros.

Marchand
Stock
Prix
Offre
shopping street
Stock
49€

Design

Quand on sort le clavier de sa boite, on remarque qu’il est plutôt bien fini. Le plastique des keycaps n’est pas forcément de première qualité mais on s’en contente bien pour un clavier plutôt axé entrée de gamme. Ainsi, on peut avoir une qualité de fabrication générale plutôt bonne avec quelques petites nuances par endroits. Cet endroit justement, c’est la plaque qui est disposée sur le clavier, qui est en aluminium biseauté sur les bords.

test du qpad mk-40

C’est très agréable de voir qu’une marque produisant un clavier entrée de gamme a pris le soin de mettre d’autres matériaux que du plastique bas de gamme ! Cependant, cette plaque n’est que là pour recouvrir le clavier et n’améliore pas énormément la robustesse de sa structure. Mais on constate que plaque en aluminium ou pas, le clavier est assez robuste et a dégage une impression de solidité assez facilement. Il suffit de l’inspecter quelques secondes pour s’en rendre compte.

avis sur le qpad mk-40

Concernant cette plaque en aluminium, QPad n’a pas fait l’erreur que peuvent faire de grands fabricants comme Roccat, de laisser des vis apparentes ! Fort heureusement j’ai envie de dire, on apprécie le fait d’avoir un design unibody.

A droite, on retrouve les traditionnelles LEDs d’activité de la touche Ver Num, Ver Maj et Win Lock, ce qui veut dire que la touche Windows est coupée car vous êtes en mode jeu. Pour cela, il vous faudra appuyer sur la touche Fonction (fn) et la touche Windows. On remarque que les LEDs qui ont été disposées ici sont bien lumineuses, elles.

test qpad mk40

On retrouve avec le QPad MK-40, un repose-poignets. Ce dernier est en plastique dur, pas de très bonne qualité. On note également un peu de flexion qui peut se faire sur le milieu, quand il est posé sur un bureau à plat. Vous l’aurez compris, ce repose-poignets est présent mais n’apportera pas de confort optimal. Mais comment donc le fixer ?

qpad mk40 test

Dans le pack, sont fournies des petites vis et des accroches permettant de visser le repose-poignets. Oui oui, il suffit bien de le visser via ces accroches au clavier. L’inconvénient : je n’ai jamais eu à visser un repose-poignets à un clavier … Alors que tous les autres utilisaient en général des fixations ou maintenant des supports magnétiques, on en est encore aux vis. L’avantage cependant est notable : le repose-poignets restera solidaire du clavier sans aucun souci et dans toutes les circonstances (d’une utilisation normale bien sûr).

Sous le clavier, on retrouve les traditionnels pieds permettant de le surélever, ce que je me suis empressé de faire. Ces derniers sont comme le clavier, recouverts de patins permettant une bonne tenue sur le bureau afin de ne pas glisser. Cependant, on retrouve également deux parties qui semble être des ouvertures alors que … non. Quel est donc l’intérêt de mettre ce genre de forme sous un clavier …?

Fiche technique du QPad-MK40

Modèle QPad MK-40
Type de clavier Gamer
Type de switchs Méca-membrane
Durée de vie 8 millions d’activations
RGB 3 couleurs
Repose-poignets Oui
Longueur du câble 1.8 m
Logiciel Non
Poids 1 kg

Confort de frappe

Pour ma part, j’utilise au quotidien un SteelSeries Apex 5, un clavier méca-membrane également, à switchs bleus. Autant vous dire que ça n’est pas le genre de clavier le plus discret que j’ai eu. Cependant, le QPad MK-40 utilise également des switchs bleus. Ces derniers sont toutefois assez durs et nécessitent une pression d’activation assez importante pour être activés.

Toutefois, on peut noter le fait que le clavier soit très réactif, ce qui est appréciable. Il n’est pas évident d’écrire des articles avec, j’en suis à mon 5ème rédigé avec le MK-40 et il faut avouer que c’est un clavier plutôt pour jouer que pour de la rédaction.

confort de frappe du clavier

Les switchs offrent un retour tactile, ce qui est assez agréable mais également facteur de nuisances sonores. Il faudra donc choisir entre le bruit et le confort de frappe et on doit avouer qu’avec une telle pression d’activation nécessaire, nous avons un peu de mal à choisir. Heureusement, les touches ne ghostent pas, on n’a pas d’activation surprise qui se fait contre notre volonté, c’est toujours une bonne chose.

Si le confort de frappe est bon, là où cependant nous avons un peu de mal, c’est sur les keycaps. Vu que ces dernières sont très mal rétro-éclairés, nous le verrons dans quelques lignes, il n’est pas toujours aisé d’y voir quelque chose. Cependant, malgré le fait qu’elles ne soient pas très lumineuses, avec une lampe type BenQ ScreenBar Plus au dessus de mon écran, j’ai parfois beaucoup de mal à voir les inscriptions des touches. Si bien que pour certains signes spécifiques comme un tiret par exemple, ça n’est pas toujours évident pour quelqu’un qui connaît très bien son clavier.

switchs

On note que les switchs sont compatibles Cherry MX, on peut aussi changer les keycaps comme on le souhaite, ce qui n’est pas toujours le cas sur des claviers méca-membranes. Nous avons pu y mettre des keycaps Hai-Tao, en plus parfaitement raccord avec la couleur des switchs ! Ces derniers ne garantissent cependant que 8 millions d’activation, ce qui reste assez léger.

Rétro-éclairage

C’est le gros point noir de ce QPad MK-40, la qualité de son rétro-éclairage est vraiment mauvaise. Un point noir pour du rétro-éclairage d’ailleurs c’est un peu dommage … Si le clavier est globalement bien fini, on note déjà que les keycaps ne sont pas assez claires en termes de gravure pour assurer une parfaite visibilité. Ou alors … il ne faut pas avoir de lumière annexe, mais en fait, il faut de la lumière pour voir quand il commence à faire sombre !

C’est donc un peu compliqué mais loin d’être illisible. Toutefois, nous aurions grandement apprécié que le rétro-éclairage vienne pallier à ce souci, quitte à l’avoir allumé en permanence comme le font une majorité de gamers. Et non. Bien qu’il soit possible d’augmenter son intensité lumineuse, le RGB de ce clavier n’est pas du tout performant. Il se voit sur les supports de switchs, mais pas dans les keycaps, ce qui est assez dérangeant.

Pour l’achever, les effets sont vraiment limités, et on retrouve trois couleurs d’éclairage : du rouge, du vert … et du jaune. Après tout pourquoi pas, ça change du bleu. Mais malgré les 4 niveaux de luminosité, même au maximum, le rétro-éclairage n’est pas bon du tout.

Test QPad MK-40 : Avis

Au premier abord, nous avons été séduits par le design du QPad MK-40. Nous l’avons utilisé sans repose-poignets afin de conserver le côté premium qu’il offre par sa conception matérielle. En effet, la plaque d’aluminium présente sur le clavier fait plaisir à voir et améliore sa robustesse. Toutefois, certains points viennent entacher ses performances. C’est le cas du rétro-éclairage ou encore des keycaps avec une gravure trop sombre, qui empêche de voir correctement en conditions de forte luminosité.

Marchand
Stock
Prix
Offre
shopping street
Stock
49€

Rien ne vous empêchera toutefois de changer les keycaps à votre guise. De même, le rétro-éclairage n’est pas bon mais ça n’est pas si grave si ce dernier n’est pas important pour vous. Pour 50€, on retrouve tout de même un clavier proposant de très belles finitions, clairement soigné et esthétique, qui propose un confort de frappe somme toute assez agréable.

Test QPad MK-40
6
6.5
6.5/10

QPad MK-40 : Avis

Nonobstant un rétro-éclairage à la ramasse, le Qpad MK-40 est un bon clavier mécanique. Il est toutefois malheureusement perturbé par certains points gênants. Il est tout à fait utilisable sans aucun souci et ses touches nécessitant une pression d’activation assez forte, seront l’allié de certains gamers ! Quant au prix, ce dernier est très abordable et au vu de la qualité de fabrication générale, reste assez intéressant.

  • Confort de frappe
    7
    7/10
  • Qualité de fabrication
    9
    9/10
  • Rétro-éclairage
    3
    3/10
  • Qualité des keycaps
    7
    7/10
On aime
  • Très bonnes finitions
  • Touches réactives
  • Câble tressé
  • Repose-poignets fourni
On aime moins
  • Lettrage des touches peu visible quand la luminosité est élevée
  • Rétro-éclairage mauvais
  • Repose-poignets en plastique cheap
698 articles

À propos de l'auteur
Geek à mi-temps et boss final de ce site, je suis aussi étudiant en marketing numérique et communication. Passionné d'informatique depuis mon plus jeune âge, mon premier fichier était un document Word d'environ 1600 pages contenant la lettre h. J'ai pas mal évolué depuis.
Articles
Articles similaires
Tests high-tech

Test Belkin BoostCharge Pro MagSafe 3 en 1 : une petite revolution

4 minutes de lecture
Avec les derniers iPhone, Apple nous a présenté la recharge MagSafe. Ironie du sort,…
Tests high-tech

Test Arlo Essential Wire-Free Video Doorbell : la sonnette connectée

4 minutes de lecture
Les sonnettes connectées ou encore interphones intelligents seront de plus en plus présent dans…
AudioTests high-tech

Test Shure MV7 : Un excellent microphone dynamique USB

6 minutes de lecture
Toute personne qui s’y connaît en audio connaît Shure. C’est la marque derrière les…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
AudioEnceintesTests high-tech

Test Belkin SoundForm Elite : le triumvirat de la réussite