High-TechPériphériquesSourisTests high-tech

Test de la Redragon Wyrm, une souris gamer très discutable

Le marché des périphériques gaming est tellement saturé que c’est compliqué d’innover. La majorité des marques se tournent maintenant vers les périphériques plus cheap pour essayer de détrôner les alternatives chinoises… mais elles valent quoi, ces alternatives ? Nous avons testé la Redragon Wyrm.

L’une des marques qui revient souvent quand on entend parler de périphériques chinois, hormis celle qui se dit française mais vend des no names chinois avec leur logo dessus, c’est Redragon. Après avoir testé la Leviathan et le Redragon Pegasus, c’est au tour de la Redragon Wyrm de passer à l’essai. J’en attendais donc beaucoup de cette souris, malgré son prix très bas, mais j’ai pas été surpris.

L’unboxing… pas terrible

Le problème n’est pas le packaging, car même si ce dernier nous renvoie quelques années en arrière où faire du marketing basé sur le nombre de DPI était la mode. Le câble USB plaqué or était encore acceptable, il reste efficace et de toute manière, vous allez sûrement jeter l’emballage une fois la souris déballée.

Ça commence mal car trouver le nom de la souris est impossible sur la boîte. Car il y a écrit Wyrm sur la boîte. Pourtant, si l’on regarde sur le dos de la souris ainsi que sur la page Amazon, on nous parle de Lavawolf… Rien de bien très grave mais je me suis tout de même interrogé. Je suppose que Redragon va corriger le problème une fois la souris mise en vente en France.

On pourrait apprécier le fait qu’ils n’ont pas jeté toutes les boîtes sûrement pré-imprimées, mais rappelons-nous que ces dernières sont entièrement recyclables et que les jeter aurait eu un impact très faible pour notre belle planète. Après avoir contacté la marque, on nous annonce que les exemplaires à la vente seront disponibles avec les bons noms sur les bonnes boites.

La prise en main… c’est pas mieux

Trois revêtements sont principalement utilisés pour une souris. Le glossy, qui donne assez d’accroche mais attire pas mal d’empreintes, le “nude”, qui est juste du plastique sans traitement particulier, et sûrement le plus utilisé car offre le rendu le plus beau – à mon avis – sans rendre la souris trop glissante.

Puis finalement le “soft touch”, ou encore “rubbery”, qui est ce revêtement mat caoutchouteux, bien souvent un peu glissant et qui vieilli très mal avec le temps. Redragon a pourtant décidé d’innover et utiliser un simili papier de verre. Plus sérieusement, certes, la souris ne vous glissera pas des mains, mais c’est si peu agréable …

Ça donne également un aspect super sale à la souris, comme si de la poussière était constamment dessus. Je plaide coupable pour ne pas avoir l’appartement le plus propre du monde, mais pas au point que quelques jours en haut d’un meuble rende la Wyrm si sale.

On peut aussi remarquer qu’en secouant la souris, ou simplement en la déplaçant rapidement sur le tapis, la molette fait du bruit.

Quant au confort, le côté droit gêne car il est creux, on ne sait donc plus où poser notre petit doigt, le bouton supérieur du côté gauche est trop glissant, comme s’il y avait constamment un espèce de lubrifiant dessus. Ce dernier est pourtant muni de points qui devraient permettre au doigt de ne pas glisser. Assez ironiquement, le bouton inférieur ne présente pas ce problème, alors qu’il est plat.

Les deux côtés sont trop glissants, ce qui résulte en une prise en main très peu sûre de la souris. Être confiant dans sa visée en jeu vidéo avec cette souris relève de l’impossible.

On en revient donc à la même question que pour beaucoup trop de périphériques : pourquoi changer quelque chose qui marche parfaitement ? Cela est encore plus vrai quand il s’agit d’une souris, où l’ergonomie est importante, puis qu’une souris trop mauvaise peut avoir des effets néfastes à long termes sur votre poignet.

Si jamais vous avez pour but de créer une entreprise fabriquant, ou au moins vendant des souris, inspirez vous de marques comme Zowie, ou encore certains produits Razer. C’est les deux marques qui ont les formes les plus sûres et qui s’adaptent au plus de mains. Tout d’abord vous allez faire plus de ventes car vous allez toucher un public plus large. Mais vous n’allez également jamais tomber dans cette gênante catégorie de souris “ultra-gaming-professionnel-esport”, à trop vouloir en faire avec les formes et les LEDs.

Précision et solidité… bof bof

Je n’ai pas su trouver quel capteur est utilisé dans cette souris mais sans surprise, c’est juste mauvais. Le capteur n’arrive pas à suivre mes mouvements s’ils sont un peu trop rapides, là ou ma G203, pas beaucoup plus chère, y arrive parfaitement.

C’est tellement mauvais que l’on en vient à se demander si Klim ne vend pas de meilleurs produits, et ce malgré le fait qu’on doive dilater leur keycaps avec un tournevis cruciforme afin que les touches ne restent pas coincées…

J’ai utilisé la souris quelques minutes avant d’abandonner, et les patins sont déjà abimés. Pourtant, la souris était complètement neuve.

Clairement, les matériaux n’inspirent pas confiance. J’éclate ma souris contre la table quand je joue à mes jeux, car j’ai une sensibilité basse et il faut que je bouge rapidement.

Vous l’avez sans doute entendu dans la vidéo Twitter ci-dessus. J’ai aucun problème à le faire avec ma Logitech, je l’ai depuis quelques mois déjà, les patins sont comme neufs et pas une seule fissure n’est apparue. J’ai beaucoup plus de mal à le faire avec cette Wyrm.

Le prix de cette Wyrm … au moins ça, c’est rassurant

Sur Amazon, cette Redragon Wyrm est vendue à une quinzaine d’euros. J’espère que vous ne serez pas surpris si je vous recommande de ne pas l’acheter. Pour à peine plus cher, vous pouvez vous procurer l’excellente Logitech G203, qui en plus d’être en tout point meilleure, est similaire tant au niveau de la taille que du poids. Je l’utilise depuis quelques mois déjà et j’en suis pleinement satisfait.

J’ai voulu mettre une note un peu plus élevé à cette souris, parce que son prix est vraiment bas, mais je ne saurais que vous recommander d’investir un peu plus, croyez moi, ça vaut le coup.

Test de la Redragon Wyrm
  • Prise en main
  • Qualité de fabrication
  • Précision
  • Ergonomie
Note globale
2.3

Le mot de la fin

Cette Redragon Wyrm n’est pas recommandable. L’ergonomie est mauvaise, la qualité de construction tout autant, et la précision du capteur à revoir. On peut au moins s’estimer heureux d’avoir un embout USB plaqué or !

Avatar
Qui a pondu ça ?

Je fais des articles depuis tout petit, soit depuis pas si longtemps. Je suis passionné de photo, de vidéo, de bon son et d'informatique. Je peux faire une review de micro-ondes et te la faire liker.
    Articles connexes
    AudioHigh-TechTests high-tech

    Test du Blue Yeti X : une mise à jour du célèbre micro

    Actu High-TechHigh-TechSmartphone

    OPPO Studio : Annonce des Reno2 et Reno2 Z

    AudioCasquesHigh-TechTests high-tech

    Test du Tritton Kama+ : un bon casque gamer entrée de gamme

    BraceletsHigh-TechObjets connectésTests high-tech

    Test du Honor Band 5 : le bracelet connecté pas cher

    Sign up for our Newsletter and
    stay informed
    [mc4wp_form id="14"]