AudioTests high-tech

Test Shure SM7B : notre avis sur le microphone légendaire

6 minutes de lecture

L’histoire du Shure SM7B est longue et commence d’abord avec le SM5, un microphone avant tout fait pour la diffusion. Il était ainsi utilisé principalement dans les stations de radio. Le grand problème de ce micro était sa taille, mesurant près de 25cm de long. Shure a ainsi voulu créer un microphone plus petit, et s’est lancé dans le développement, d’abord, du SM7, un mix du SM57 et du SM5.

Ce dernier, lancé en 1976, prend la place du microphone parfaitement adapté dans toutes les situations.

Il fut cependant pris comme simple successeur au SM5 et principalement utilisé dans les mêmes scénarios que ce dernier. Il a fallu attendre qu’un artiste indépendant peu connu du nom de Michael Jackson enregistre Thriller avec le SM7 pour que le potentiel de ce dernier soit réellement mis au jour.

20 ans plus tard et grâce a des avancées technologiques majeures, Shure a pu mettre au goût du jour le SM7, dans un premier temps avec un SM7A, puis trois ans plus tard avec le SM7B, qui est le microphone que nous connaissons encore aujourd’hui.

Favori dans les stations de radio, les studios d’enregistrement, la prise de son live, le podcast et le streaming depuis maintenant plus de 30 ans, le SM7B porte-t-il l’adjectif légendaire à juste titre ?

Marchand
Stock
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Design

Iconique est le terme parfait pour décrire le design du SM7B. Nous en avons tous déjà vu un quelque part. Que ce soit sur Skyrock, sur YouTube ou sur Twitch, vous avez sans aucun doute pu être témoin de quelqu’un qui utilise le SM7B.

Le corps du microphone est fait entièrement d’aluminium noir, donnant une sensation de robustesse inégalée à l’objet. Rien ne vient distraire le minimalisme de ce design, si ce n’est un sticker, efficacement caché, détenant des informations sur notamment la directivité du microphone.

Pas même un connecteur vient gâcher l’esthétique, ce dernier est attaché à la fixation du microphone, ce qui est un placement très ingénieux pour se débarrasser des gênes qui peuvent être causées par un câble XLR un peu capricieux.

Le placement de ce connecteur en haut peut cependant créer des incompatibilités avec certains trépieds et, surtout, certains bras articulés. Le populaire PSA-1 de Rode ne permet, par exemple pas de tourner le microphone sur lui à 360°. Shure a même pensé à ce problème et propose un tube de rallonge, vendu a moins d’une dizaine d’euros.

Au dos du microphone, on peut trouver quelques réglages sur lesquels nous reviendront plus tard dans l’article. Ces derniers peuvent être cachés grâce à un cache fourni avec le microphone.

La capsule est protégée par une longue grille en métal très solide, sur laquelle, habituellement, se pose une bonnette en mousse. Même la plus fine nous suffit pour éliminer la totalité « popping » induit par les plosives (les lettres P et B) ainsi que la totalité du souffle, qui vient de notre respiration. Cependant, si besoin, une bonnette plus épaisse est fournie dans la boîte.

En parlant de boîte, le microphone y vient seul, comme il est coutume pour les produits de ce genre. Ainsi, en plus du cache et de la bonnette supplémentaire, on ne retrouve rien de plus à l’intérieur de la boîte.

Nous pouvons également saluer la quantité de protection qu’a décidé de fournir Shure, afin d’assurer que le microphone vous parvienne entre les mains en un seul morceau.

Caractéristiques techniques

Référence Shure SM7B
Type Dynamique
Réponse en fréquence 50 à 20 000 Hz
Directivité Cardioïde
Impédance de sortie 150 Ohms
Sensibilité -59 dBV/Pa (1,12mV)
Filtres Coupe-bas et amplification des médiums (activables au choix au dos du microphone)
Dimensions micro : Ø 63,5 mm – L 190 mm ; pince articulée : 96 mm – 117 mm
Poids 765 g

Dynamique et affamé : comment alimenter le SM7B

De toute évidence, le microphone ne bave pas en imaginant un bon plat dans un restaurant 5 étoiles – malgré que ce soit compliqué de ne pas le faire durant ces temps de confinement.

En plus d’être réputé pour sa qualité sonore, le SM7B est très populaire pour être l’un des microphones les plus compliqués à alimenter en gain. Obtenir un gain correct est impossible avec la plupart des interfaces non seulement d’entrée, mais également de milieu de gamme.

Dans le cas d’un microphone à condensateur, c’est beaucoup plus simple car il est possible d’utiliser l’alimentation fantôme de 48V, inclue dans quasiment tous les DAC, même les moins chers.

Hors, le SM7B est un microphone dynamique. Impossible donc d’utiliser cette solution de facilité. Il existe donc deux solutions, la première est simplement d’investir dans une interface aux pré-amplificateurs suffisamment puissants pour le SM7B. La seconde est d’utiliser un petit accessoire.

Le Cloudlifter, ou bien encore le Tritton Fethead sont ce qu’on pourrait qualifier de « pré-pré-amplis« . Ils utilisent l’alimentation fantôme pour « booster » les pré-amplificateurs de votre interface. Cela permet de baisser les gains sur votre interface, ce qui a pour effet de réduire le bruit de fond, tout en obtenant un volume correct.

Nous vous recommandons personnellement le Fethead. Il est moins cher et marche tout aussi bien que le Cloudlifter, en plus de rester plus discret et compact.

Qualité sonore

Le SM7B – et tous ses prédécesseurs au son similaire – ont défini ce qui est un bon son pour la radio et le podcast. Ce son avec pas mal de basses, qui est plutôt sombre tout en restant détaillé.

Avec une réponse en fréquence de 50Hz à 20kHz – ce qui est plutôt impressionnant pour un microphone dynamique – le SM7B capte quasiment tout le spectre audible par l’humain. Même les voix les plus graves ne verront aucun problème avec ce microphone.

Comme mentionné plus haut, le microphone possède deux réglages sur le bas de celui-ci.
Un premier est un « bass rolloff« . Cet effet réduit la quantité de fréquences basses enregistrées, ce qui peut être utile dans certains scénarios.

Le second, l’effet de « présence« , booste les fréquences medium et aiguës afin de donner un peu plus de clarté et une sensation de présence, comme le décrit son nom. Avant d’être utile pour un certain style de voix, cet effet est surtout un choix stylistique.

Sans effets, le son est plutôt plat, bien qu’il est possible d’observer une légère augmentation sur les basses et les aiguës.

Nous tenons à mettre en avant un point très important. Le SM7B est un microphone de proximité. Si vous souhaitez un microphone que vous pouvez tenir loin de votre visage, le SM7B n’est pas un bon choix. Par contre, si vous souhaitez obtenir un son « radio » avec pas mal de basses, se tenir près de votre micro est une bonne idée.

L’effet de proximité permettra à votre enregistrement de gagner en basses et obtenir cet effet « radio » que vous cherchez peut-être. Cela marche avec n’importe quel microphone, pas seulement le SM7B. Si ce n’est pas quelque chose que vous recherchez, nous vous recommandons d’activer le « bass rolloff », qui aidera à éliminer cet effet.

Finalement, l’un des points forts de ce microphone est son bruit de fond, ou plutôt son absence. En effet, même avec le gain à 100% sur notre Scarlett 2i2, tout ce que l’on entend est le bruit des pré-amplis. Cela rend le son plus traitable, les différents effets appliqués en post-production ne pouvant ainsi pas booster le bruit de fond, ce dernier étant absent.

Test Shure SM7B : Avis

Là où le SM58 est une référence pour la prise de son live, le SM7B est la référence pour tout le reste. Utilisé par Michael Jackson pour enregistrer l’une des chansons les plus populaires de l’album le plus vendu au monde, utilisé dans une grande partie des studios d’enregistrement et ce dans tous les pays, le SM7B est un standard pour l’enregistrement de proximité !

Sa qualité sonore est simplement incroyable tout comme sa qualité de construction.

C’est un microphone qui pourra tout à fait vous suivre pendant les 20 prochaines années, si vous y faites un minimum attention. Nous insistons sur le « minimum », car le SM7B saurait résister à de gros coups sans aucun problème.

Vendu aux alentours des 400€, c’est un microphone parfait, si tant est que ce dernier remplit vos critères. Contrairement à certains youtubers américains, nous vous recommandons donc de faire vos recherches et déterminer si ce microphone est celui que vous recherchez vraiment.

[all4affiliates id= »28376″ title= »Shure SM7B »]

Test Shure SM7B
  • Qualité de construction
    10
    10/10
  • Qualité sonore
    10
    10/10
  • Facilité d'utilisation
    7
    7/10
Note globale
9/10
9
9/10

Shure SM7B

Le SM58 est la référence quand il vient de la prise de son live. Le SM7B est la référence pour tout le reste. Utilisé pour tout et tout autour du monde, c’est un microphone polyvalent, relativement abordable et, simplement excellent.

On aime

  • La qualité sonore exceptionnelle
  • Sa nature polyvalente
  • Sa qualité de construction, sa robustesse

On aime moins

  • La difficulté à alimenter le microphone en gain

69 articles

À propos de l'auteur
Mon ratio article-pour-âge est plus grand que le ratio écran-pour-châssis de l'iPhone 4s. J'aime bien les boîtiers noirs avec des capteurs qui font clic clic puis qui enregistrent une image sur la carte SD. Si tout ce que je faisais de ma vie était un emploi, j'aurais plus de dix salaires différents. C'est bien sur moi qu'il faut hurler si le site marche pas bien !
Articles
Articles similaires
RéseauTests high-tech

Test Honor Router 3 : du Wi-Fi 6 à un prix quasi imbattable

4 minutes de lecture
Si vous êtes assez intéressés par les smartphones Honor et les divers appareils de la marque, vous avez forcément vu passer le…
GamingPériphériquesTests high-tech

Test Razer Acari : Un tapis de souris un peu trop glissant

3 minutes de lecture
Choisir son tapis de souris est plus important qu’il n’y paraît. Il est facile de se dire que tous les tapis sont…
SourisTests high-tech

Test Logitech G305 Lightspeed : look rétro et performances

4 minutes de lecture
Ces temps-ci, le look rétro revient à la mode vous trouvez pas ? Que ce soit dans les vêtements, les décors, ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *